Critique du film Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn (sans spoilers)

Publié le 05 février 2020 par

Une semaine avant la sortie du film (ce mercredi 5 Février), j’ai eu l’honneur de le découvrir lors du Festival de Quinn (à Cannes). Un bel événement organisé par Warner Bros et qui faisait également office d’unique avant-première française pour le film Birds of Prey.
Maintenant que l’embargo critique est levé, je peux vous dévoiler mon avis sur le film (sans spoilers évidemment 😉 ).

Affiche du film Birds of Prey

Synopsis

Vous connaissez l’histoire du flic, de l’oiseau chanteur, de la cinglée et de la princesse mafieuse ?
Birds of Prey (et la fantabuleuse histoire d’Harley Quinn) est une histoire déjantée racontée par Harley en personne – d’une manière dont elle seule a le secret. Lorsque Roman Sionis, l’ennemi le plus abominable – et le plus narcissique – de Gotham, et son fidèle acolyte Zsasz décident de s’en prendre à une certaine Cass, la ville est passée au peigne fin pour retrouver la trace de la jeune fille. Les parcours de Harley, Huntress, Black Canary et Renee Montoya se télescopent et ce quatuor improbable n’a d’autre choix que de faire équipe pour éliminer Roman…

Un film Harley Quinn ?

Tout d’abord, il faut savoir que le film se déroule au sein du même univers que le Suicide Squad de David Ayer : le fameux DCEU !
Cela permet au film une certaine continuité avec le retour de Margot Robbie dans le rôle titre d’Harley Quinn. Un rôle que l’actrice Australienne tient à la perfection !
Pour ceux qui ont peur de retrouver le même style de film que Suicide Squad, vous pouvez d’ores et déjà vous rassurer. Birds of Prey n’a rien à voir avec Suicide Squad.

Harley Quinn et Bruce, sa hyène
Harley Quinn et Bruce, sa hyène

Déjà, le film est R-rating, c’est à dire qu’il est interdit aux moins de 12 ans en France. Puis Harley n’est pas là pour jouer la bimbo de service mais pour casser des jambes (littéralement !).
Si l’on devait comparer le film, ce serait plutôt vers Deadpool qu’il faudrait se tourner. Birds of Prey est en effet plus proche de ce type de film. Que ce soit dans ses scènes de combat très “rudes” ou dans sa narration assez particulière puisque c’est Harley Quinn elle-même qui est narratrice du film (alors autant vous dire que c’est le chaos le plus total :p).

Harley Quinn en Roller deby
Harley Quinn en Roller deby

Bien évidemment, Harley tient le rôle principal du film et est omniprésente (en même temps c’est SON histoire 😉 ), je dirais même que c’est elle qui tient le film. Sa caractérisation est très bonne et l’on retrouve vraiment très bien le personnage d’Harley Quinn : touchante et imprévisible ! Et encore une fois, Margot Robbie est parfaite dans son rôle <3
Son émancipation du Joker occupe la première partie du film et cela est très bien réalisé car on ne tombe pas dans le “too much”, chose qui peut très vite devenir le cas dans l’univers d’Harley Quinn…
L’univers d’Harley Quinn est d’ailleurs assez bien représenté, nous retrouvons Harley accompagnée de sa Hyène (Oui, ici Harley n’a qu’une Hyène) ou de sa marmotte en peluche (Bernie). Ça ne sert pas forcément à grand chose dans le film, mais les fans seront contents 🙂
On notera également quelques clins d’oeil sympa comme lorsque l’on aperçoit une photo d’un membre de la Suicide Squad placardée au sein d’un commissariat de Police avec la mention “Wanted” (recherché).

Que dire du reste du casting ?

Pour ce qui est du reste du casting, Ewan McGregor fait un Black Mask convaincant. L’acteur britannique est excellent dans son rôle avec une représentation fidèle au personnage : colérique, instable et terriblement avide de pouvoir !

Black Mask, ce gros vilain !
Black Mask, ce gros vilain !

Black Canary (Jurnee Smollett-Bell) tient un rôle secondaire majeur dans le film et s’en sort plutôt bien. J’ai bien aimé son interprétation.
Au contraire, j’ai trouvé que les rôles de Huntress (Mary Elizabeth Winstead) et Renee Montoya (Rosie Perez) sont au final sous-exploités. Ayant tout de même un rôle majeur dans le film, la place que prend Harley ne leur laisse finalement que peu d’occasions de se montrer et cela nous empêche finalement de s’attacher à ces deux personnages fort du Bat-verse. Dommage…
La jeune Cassandra Cain jouée par Ella Jay Basco tient bien son rôle elle aussi, même si je vous avoue que cette version de Cassandra Cain n’a rien à voir avec celle que l’on a l’habitude de croiser dans les comics… Elle est très jeune et peut-être que son développement arrivera dans un futur film ?
Enfin, l’acolyte de Black Mask n’est autre que Victor Zsasz (Chris Messina) et je ne sais pas pourquoi mais à chaque fois qu’une production utilise ce personnage, ce dernier est très différent de ce qu’il est dans les comics… Alors ok, au moins son arme de prédilection est le couteau (coucou la série TV Gotham), mais on est loin du serial killer psychopathe habituel.

Call me Huntress !
Call me Huntress !

Et les costumes dans tout ça ? C’est folklorique ! (Pour Harley Quinn en tout cas 🙂 ). On regrettera d’ailleurs peut-être le choix de toujours vouloir se tenir éloigné de sa tenue traditionnelle en rouge et noire.
Malgré tout, l’aspect délirant du personnage dans le film colle parfaitement au look qu’Harley arbore.
Il en va de même pour Black Canary et Black Mask. Même si ce dernier retrouvera un aspect très proche de son style habituel dans le dernier acte du film.
C’est plus gênant pour Huntress, qui se voit à mon goût totalement oubliée, et n’est reconnaissable que par l’utilisation d’une arbalète aux carreaux violets…

Une réalisation réussie

La nomination de Cathy Yan en tant que réalisatrice du film avait soulevé quelques doutes sur le projet. C’est vrai que la jeune réalisatrice n’a pas encore de grande réputation auprès du grand public (même si la réalisation de son film Dead Pigs avait reçu de bonnes critiques).
Mais la réalisatrice Chino-américaine s’en sort plutôt bien. Je dirais même très bien !

les Birds of Prey prêtes pour la bagarre !
les Birds of Prey prêtes pour la bagarre !

L’imagerie et la mise en scène sont très réussies. Les plans sont très dynamiques et la lecture des scènes de combat (dont la chorégraphie est terrible) est excellente !

Enfin, pour ce qui est de la bande son, celle-ci est assez électrique et violente. Tout comme le film finalement…

Conclusion

Birds of Prey nous sert un film d’action à la sauce Harley Quinn. Surfant par moment sur le style “Deadpool” au féminin et faisant du film un digne représentant du Girl Power !
La mise en scène (notamment des combat) est excellente, et Margot Robbie porte toujours aussi bien le rôle d’Harley Quinn.
C’est déjanté, folklorique, drôle… Mais surtout c’est assumé et on passe un excellent moment devant le film !
Malgré tout, quelques personnages semblent sous-exploités par le fait qu’Harley attire tous les regards, puis certains fans (toujours les mêmes) se plaindront encore d’une nouvelle interprétation de leur univers préféré…
Au final, les films DC/Warner s’assument (et s’amusent), et ça fait du bien ! 🙂


Vous allez voir le film, ou venez de le voir ? Partagez-nous vos attentes et/ou avis dans les commentaires ci-dessous 😉

Les points forts :
  • Un méchant charismatique,
  • Une réalisation réussie,
  • Harley Quinn forte sans Joker,
  • Margot Robbie est Harley Quinn !
Les points faibles :
  • Huntress et Renee Montoya sous-exploitées,
  • Victor Zsasz tristounet,
  • Où est le costume d’arlequin ???
Les notes
Scénario Note Scénario Réalisation Note réalisation Note globale Note Globale

On reste connecté ? 🙂
Retrouvez-nous sur Facebook, Twitter et Instagram.

Votre bat auteur

Passionné par Batman et son univers, j'ai lancé Batman Legend pour partager avec vous ma passion du chevalier noir de Gotham City !!!

Voir la suite...

Laissez-nous
votre avis !

2 commentaires
  • Il y a 9 mois
    Alchimie des mots

    J’avais bien aimé, un bon moment.
    Je suis pourtant très attaché au modèle comics et là cette version ne m’a pas gêné.
    Bel article

    Répondre