Qu’attendre du film Joker avec Joaquin Phoenix ?

Publié le 26 septembre 2019 par

MAJ 09/10/2019 : Après la sortie du film Joker au cinéma, nous vous avons préparé une critique de celui-ci ici 😉


S’il y a un film qui me hype au plus haut point pour cette année 2019, c’est bien celui-ci… Le film Joker réalisé par Todd Phillips, dans lequel l’acteur Joaquin Phoenix interprétera le clown le plus connu de Gotham City !
Alors que l’on se trouve à quelques jours de la sortie du film au cinéma, j’aimerais me pencher avec vous sur les attentes que suscite ce film DC pas comme les autres… 🙂

La vision d’un réalisateur : Todd Phillips

Ceux qui ont l’habitude de nous écouter lors de nos Batcasts le savent certainement déjà, je suis impatient de découvrir ce film Joker !
La raison de cette impatience ne se résume pas seulement au fait que le film nous promet de se concentrer sur le méchant le plus populaire et le plus charismatique de l’univers de Batman (et peut-être même de tous les univers confondus), mais c’est aussi parce que le film promet de porter la patte de son réalisateur de bout en bout et cela faisait bien longtemps que ça n’avait pas été le cas.
Bien qu’il avait dû se heurter à quelques obligations du studio, Christopher Nolan avait pu faire de son Batman ce qu’il en a voulu, et quel pied ! On connait la suite avec le passage de Zack Snyder sur l’univers DC…
Mais l’idée n’est pas de parler du passé dans cet édito, mais plutôt du futur !

Affiche du film Joker
Affiche du film Joker

Le film Joker pointe le bout de son nez, et à la réalisation nous retrouvons le surprenant Todd Phillips. Pourquoi je le classifie de « surprenant » ? Tout simplement car lorsque l’on a commencé à entendre parler d’un projet de film noir avec le personnage du Joker se déroulant dans les années 80, ce n’est pas du tout le genre de réalisateur qui me venait à l’esprit pour mener à bien ce projet…
En effet, le monsieur est reconnu pour ses films à l’ambiance légère et au sens de l’humour exacerbé : « Very Bad Trip« , « Starsky & Hutch« , « L’École des dragueurs » ou encore « Road Trip« . Avouez qu’on est loin (même très loin) de l’horreur psychologique qui s’annonce avec le film Joker !

Alors pourquoi suis-je aussi confiant à propos de ce film ? Tout simplement parce que je ne pense pas qu’un réalisateur soit obligé de s’enfermer dans un style toute sa carrière et le film Joker représente peut-être pour Todd Phillips l’occasion de s’affirmer dans un autre style cinématographique.
Dans ses diverses interviews, le réalisateur semble savoir comment, et où, il veut mener son film. Même si cela peut déplaire à certains fans des Comics 😉 :

le Joker trouve un nouveau visage
le Joker trouve un nouveau visage

Nous n’avons rien suivi des comics, ce qui va rendre fous les gens. Nous avons écrit notre propre version de ce qui pourrait faire naître un type comme le Joker. C’est ce qui m’intéressait. Nous ne faisons même pas un film sur le Joker, mais sur l’histoire de comment il est devenu le Joker. C’est à propos de cet homme.

Le réalisateur semble donc bien savoir ce qu’il veut faire de son film et on est très loin des codes des blockbusters actuels (pour mon plus grand bonheur, je l’avoue). Todd Phillips semble avoir les moyens d’explorer la psychologie dérangée du Joker sous une forme nouvelle, bien loin donc des films super-héroïques classiques.
Ce dernier parle même d’un projet « black label » chez Warner Bros et DC au cinéma :

J’ai dis « Laissez le Joker être le premier et après vous engagez de très bons réalisateurs pour prolonger la série ».

Il se pourrait donc que Joker nous ouvre une nouvelle voie pour Warner Bros et DC Films au cinéma.

Todd Phillips c’est bien, mais ce qui est d’autant plus rassurant c’est qu’il s’est également très bien entouré pour mener à bien ce projet.
Pour l’accompagner, Bradley Cooper est annoncé en tant que producteur principal. Mais surtout, c’est la présence de Scott Silver à l’écriture (co-scénariste avec Todd Phillips) qui rassure. Le bonhomme est notamment reconnu pour son travail sur les films The Fighter et 8 Miles.
On reviendra plus tard sur le rôle principal qui a été confié à Joaquin Phoenix, mais le reste du plateau n’est pas dégueu. On peut citer par exemple la présence de Robert de Niro, figure indémodable du cinéma américain, tout comme Frances Conroy (connue pour ses rôles avec Woody Allen dans « Manhattan » et « Une Autre Femme » ainsi que pour son rôle dans les séries TV « American Horror Story » et « Six Feet Under« ). Ajoutez à cela la montante Zazie Beetz (Deadpool 2), Marc Maron ou encore Dante Pereira-Olson (jeune Bruce Wayne), Brett Cullen (Thomas Wayne) et Douglas Hodge (Alfred) et vous sentez le casting sélectionné avec soin pour un « petit » projet ambitieux. En effet, Joaquin Phoenix et Frances Conroy sont connus pour être très sélectifs sur les projets dans lesquels ils se lancent.

Le réalisateur nous promet d’aller plus loin que Tim Burton ou Christopher Nolan avant lui, dans l’histoire du Joker. Pour la première fois, ce Joker aura droit à une véritable histoire. Nous y découvrirons son enfance, sa relation fusionnelle avec sa mère… Bref, ses débuts…
Et qu’on se le dise, cela représente un risque majeur. Le Joker est souvent considéré (moi le premier) comme un personnage qui tire l’une des ses plus grandes forces dans l’énigme qui entoure son histoire…

Changement de cap pour les films DC Comics ?

Je ne vous ai pas encore vraiment présenté le synopsis du film… Le voici 😉 :

Arthur Fleck ou le Joker ?
Arthur Fleck ou le Joker ?

Le film, qui relate une histoire originale inédite sur grand écran, se focalise sur la figure emblématique de l’ennemi juré de Batman. Il brosse le portrait d’Arthur Fleck, un homme sans concession méprisé par la société.

On devrait donc se retrouver plus proche du film d’auteur que du blockbuster classique, Joker ressemble à ces récits biographique sur une icône des années 80. Entre critique politique d’une société responsable de la montée de la violence et du fascisme qui la ronge. Une oeuvre brutale, capable de lier drame psychologique et politique dans un film à dimension humaine.

Autre gros changement pour les films DC au cinéma, le film Joker sera Rated R aux USA et interdit aux moins de 12 ans en France ! Les raisons à ce classement ? le film fait montre « d’une violence importante et sanglante, de comportements perturbants, de vulgarité et de brèves images sexuelles. » De quoi enlever le doute sur l’aspect familial d’un film qui souhaite sortir du cadre plus grand public des adaptations de comics classique qui nous sont servis depuis des années.

Le réalisateur nous parle de ce nouveau virage cinématographique opéré par Warner Bros et DC films :

Au lieu de vivre dans l’ombre du MCU, faisons quelque chose qu’ils ne peuvent pas faire […] Mais la compétition avec Marvel ne m’intéresse pas. Quand on a initié ce projet, l’idée était d’aborder le genre de manière différente […] Les films de comic books cartonnent tellement qu’ils n’ont pas forcément besoin de changer. On voulait juste proposer une vision différente de cet univers. Mais je ne sais pas ce que cela changera pour DC ou Marvel. Le Joker a été compliqué à faire accepter à DC au départ. Mais on a insisté et DC a eu le courage de nous laisser faire ce que l’on voulait. On leur est infiniment reconnaissant.

Quand on parle d’un véritable tournant pour DC et Warner Bros au ciné… 🙂

Joaquin Phoenix et son rôle du Joker

Joaquin Phoenix rentre dans son rôle du Joker
Joaquin Phoenix rentre dans son rôle du Joker

Après Cesar Romero, Jack Nicholson, Heath Ledger ou encore Jared Leto, le Joker va se trouver un nouveau visage en la personne de Joaquin Phoenix.
Ce qui m’a rempli de joie lors de l’annonce de ce casting, c’est que Joaquin Phoenix est le genre d’acteur qui sélectionne avec soins les projets dans lesquels il s’implique. C’est pourquoi sa carrière est remplie de rôles tous plus surprenants les uns que les autres, lui ayant déjà permis de concourir à 3 reprises pour l’oscar du meilleur acteur (sans succès pour le moment, on en reparle plus tard là aussi 😉 ). En plus de cela, Phoenix est le genre d’acteur qui donne tout pour leur rôle, prêt à se transcender !

Joaquin Phoenix représente pour moi un vrai gage de qualité dans le film. Et si l’on prend en compte toutes les déclarations qui ont été faites autour de sa préparation pour le rôle, ce sentiment est d’autant plus fort. Il nous parle de deux éléments fondateurs du personnage du Joker, son rire et sa folie meurtrière :

J’ai regardé des vidéos de personnes souffrant de rire pathologique [ou rire prodromique], un trouble neurologique qui cause un rire incontrôlable […] Il y a aussi un livre à propos d’assassins politiques que j’ai trouvé intéressant, et qui décompose les différents types de personnalités qui font ce genre de chose [que je fais dans le film].

Avant d’en dire plus sur sa vision du Joker :

Je pense souvent que dans ces films, nous avons des archétypes trop simplistes et réducteurs […] Cela permet au public de prendre ses distances avec le personnage, comme dans la vie réelle. Là où il est facile d’étiqueter quelqu’un de mauvais et ensuite se dire : « Bon, ça va, je ne suis pas comme ça ». Et nous sommes tous coupables. Nous avons tous péché. Et je pense vraiment que dans ce film, avec ces personnages, cela ne sera pas comme cela. Cela ne sera pas facile pour le spectateur. […] Il y a des fois où vous vous sentez connecté au personnage, où vous vous enracinez en lui et d’autres fois où vous êtes dégoûté par lui. J’aime cette idée, de mettre le public au défi en me challengeant moi-même en explorant un tel personnage. C’est rare d’explorer un personnage comme cela, en particulier dans un film de super-héros. […] Ce qui m’attirait à l’idée de faire ce film, c’est que nous allions approcher le personnage à notre manière. Je ne me suis pas référé à ses incarnations précédentes. J’avais la sensation que c’était notre création, ce qui était important pour moi car c’était la clé.

À l’instar de Heath Ledger avant lui, l’acteur semble vraiment avoir pris la mesure de son personnage sous différents aspects, avec une performance aussi nuancée que dramatique. Rappelons que l’acteur a perdu 23 kilos avant de débuter le tournage, et il se trouve que d’après lui « cela affecte votre psychologie, après avoir perdu autant de poids en si peu de temps, vous commencez à devenir fou ! ».

L’acteur continue et nous parle de son personnage, Arthur Fleck :

C’est son combat pour trouver le bonheur, pour ressentir la chaleur et l’amour qui m’intéressait. Ce personnage est tellement de choses pour moi. Ce qu’il était les premières semaines s’est révélé complètement différent de ce qu’il était à la fin. Il a constamment évolué. Je n’avais jamais eu une expérience comme celle-là. Plus imprévisible et libre nous étions, plus excitant c’était.

Todd Phillips et Joaquin Phoenix
Todd Phillips et Joaquin Phoenix

Enfin, c’est le réalisateur, Todd Phillips, qui conclu sur la prestation de Joaquin Phoenix :

Mon but n’était pas de prendre Joaquin Phoenix et de le mettre dans l’univers des comics, c’était plutôt de mettre l’univers des comics dans Joaquin Phoenix […] Je dirais qu’il était étonnamment à l’aise [dans la folie du personnage].

Pour appuyer ces propos, les premières critiques sont dithyrambiques concernant la performance de l’acteur. Certains évoquent même la possibilité que ce rôle pourrait bien offrir à Joaquin Phoenix son premier oscar !

Un film programmé pour les oscars ?

Et l’acteur qui interprète le rôle principal du film ne serait pas le seul à convoiter le précieux titre. Le film dans son ensemble pourrait bien être lui aussi oscarisé. C’est en tout cas une possibilité de plus en plus crédible, alors que le film déchaîne les passions lors des projections en avant-première dans tous les festivals auxquels il a participé jusqu’ici.
Avec Joker, Todd Phillips signe un film d’auteur pourtant bordé par les productions de Warner Bros et DC Films.

affiche cinéma imax pour le film Joker
affiche cinéma imax pour le film Joker

Pour sa première projection, au très reconnu et exigeant Festival de Venise, Joker en est ressorti avec le Lion d’Or. La plus grande distinction du festival. C’est le tout premier film estampillé « Comics/Super-héros » a être présenté et primé par ce festival. L’audience n’y est pas allé de main morte et a même réservé une standing-ovation de 8 minutes à la fin de la projection du film.
Le directeur du festival, Alberto Barbera, s’est fendu d’un commentaire très élogieux envers le film :

Joker est plus sombre que The Dark Knight. Ils ont dit qu’ils préféraient être dans une catégorie plus protégée [comme A Star is Born qui a été présenté hors compétition l’année dernière]. Mais finalement, Todd Phillips a déclaré qu’il ne se souciait pas de courir le risque de ne pas gagner. Il se demande pourquoi il ne devrait pas entrer en compétition alors qu’il sait très bien ce qu’il a entre les mains ? Je dois dire que la Warner a été convaincue assez rapidement, c’est un film surprenant. C’est le film le plus surprenant que nous ayons vu cette année. Celui-ci va tout droit aux Oscars, même s’il est sombre, graveleux et violent. Il est d’une ambition incroyable.

Deuxième festival et deuxième succès pour le film Joker au très sélectif Toronto International Film Festival. Là aussi, le directeur artistique du festival, Cameron Bailey, est très emballé :

C’est formidable […] C’est une vision tout à fait originale du film inspiré de comics, et sur le Joker en particulier […] Le film a une approche et un ton intéressants. Ça se passe à la fin des années 70, début des années 80, et on a l’impression qu’il a été tourné à cette époque. C’est visuellement sombre. Il y a des références à la façon de réaliser de Martin Scorsese et c’est une pure réussite cinématographique. Même s’il s’appuie sur quelque chose de très populaire, le film a de grandes ambitions.

Pour ceux qui ne jurent que par les notes, les plus grands médias cinéma ont tous été extrêmement convaincus par le film qui s’est emparé des notes de 10/10 pour IGN, Variety, Empire Magazine, Total Film Magazine et Forbes, là où The Hollywood Reporter et Collider ne lui ont décerné qu’un 9/10 😉

Rendez-vous aux Oscars ?
Le film devra avant ça se frotter au plus difficile des publics lors de sa sortie cinéma le 9 Octobre prochain !

Pour moi une chose est certaine, il risque d’y avoir un avant et un après Joker !
Et vous ? Qu’en pensez-vous ??? 🙂

On reste connecté ? 🙂
Retrouvez-nous sur Facebook, Twitter et Instagram.

Votre bat auteur

Passionné par Batman et son univers, j'ai lancé Batman Legend pour partager avec vous ma passion du chevalier noir de Gotham City !!!

Voir la suite...

Laissez-nous
votre avis !