Review de Batman Année un : Frank Miller et les origines de Batman

Publié le 16 mai 2019 par

Chers lecteurs, c’est avec une certaine émotion que je vais vous parler de ce comics, que dis-je, ce chef d’oeuvre qu’est Batman Année Un. Cette histoire occupe une place de prédilection dans mon petit cœur de lecteur. Pourquoi ? Parce que c’est mon tout premier comics ! Alors sans plus attendre, je vous propose de poursuivre vers une chronique remplie d’amour, d’admiration et de fanboy.

Synopsis

Enfant, Bruce Wayne a vu ses parents se faire assassiner sous ses yeux. Après un entrainement intensif, il revient à Gotham City pour mener une guerre sans merci contre le crime… mais sa tâche ne sera pas aisée. Face à la corruption des autorités de la ville et leurs liens avec la pègre, Bruce, sous le déguisement du vigilant Batman, va forger une alliance avec un policier nouveau venu à Gotham : le lieutenant James Gordon.

  • Scénario : Frank Miller
  • Dessins : David Mazzucchelli
  • Publié le : 10 août 2012
  • Nombre de pages : 144 pages
  • Prix : 15.50 €
  • Commander sur Amazon

DC cherche à remettre du neuf sur les origines de ses héros

C’est face à la mort que Batman trouve son origine

Dans les années 80, DC Comics décida de rafraîchir les origines de ses personnages phares. C’est alors que cette histoire fut créée. Seulement, là où les origines de Superman, Wonder Woman et les autres étaient légèrement, voir totalement chamboulées par rapport aux origines classiques, cela posa un réel problème pour le chevalier noir de Gotham City.

En effet, DC pris conscience que les origines de Batman définies par Kane et Finger étaient déjà très bien. Pourquoi donc chercher à modifier quelque chose de limpide et clair dans l’esprit des gens au risque de perdre la quasi-perfection de ces origines de longue date ? Dès lors, le studio décida de garder les origines de la chauve-souris en lui apportant seulement quelques améliorations.

C’est Frank Miller, fort de son travail sur The Dark Knight Returns, qui se vit confier la tâche d’écrire cette histoire. Cependant, il ne sera nullement question de réécrire le meurtre des parents du jeune Bruce Wayne, mais bien de l’arrivée de Batman à Gotham des années plus tard. Épaulé brillamment par un artiste en herbe qu’est David Mazzucchelli, Frank Miller nous offre dans cette oeuvre un Batman on ne peut plus humain, luttant contre la corruption de Gotham tantôt de façon maladroite, tantôt en faisant marcher ses méninges pour se sortir de situations délicates.

Cependant, si les débuts de Batman sont très vendeurs, il est important de souligner le travail majestueux de Miller sur la narration très fluide, à une époque où la narration prenait une place trop lourde dans les récits. Dès lors, il a permis un changement radical dans l’industrie des comics : c’est le héros qui est le narrateur de sa propre histoire ! La narration fait partie intégrante de l’histoire et plus aucun mot n’est excédentaire. Et dans l’histoire qui nous concerne, la narration met très clairement l’accent sur les faiblesses de ce Bat-débutant.

Batman en apprentissage

Un Batman imparfait, vous en avez toujours rêvé ? Miller vous l’offre sur un plateau !

N’est pas Batman qui veut ! Et certainement pas Bruce Wayne… C’est un peu comme cela que nous sont présentés les premières heures du playboy de Gotham City en tant que justicier. Afin d’apporter des origines crédibles au héros le plus populaire de DC, Miller emmène notre protagoniste dans les rues malfamées de Gotham où règnent prostitution, drogue et corruption. Cherchant à faire ses preuves, Bruce se grime de façon à ne pas être reconnu et se balade à l’affût du moindre méfait.

Mais être un homme ordinaire aux yeux des autres ne suffit pas à instaurer la crainte chez les criminels. Ces derniers résistent tant bien que mal à un Bruce surentraîné, n’hésitant pas à user de diverses armes pour le mettre hors d’état de nuire. Bien que grièvement blessé, notre héros en devenir se tire de cette situation et retrouve tant bien que mal son manoir. Que manque-t-il pour instaurer la crainte dans l’âme des malfrats ? La réponse viendra à Bruce depuis la fenêtre du manoir, telle une chauve-souris dans la nuit !

Bruce Wayne a vu juste. En agissant en tant que justicier masqué aux allures de chauve-souris, il se façonne une image au sein de Gotham City. A sa vue, les criminels sont déstabilisés et plus hésitants dans leurs mouvements. Bien que le costume ne permette pas encore à Bruce, que la presse surnommera dès lors Batman, d’agir de la meilleure des façon sans commettre d’erreur, il en prend néanmoins le chemin.

C’est donc dans une Gotham City poisseuse, lugubre et bien malsaine que Batman arrive pour remettre de l’ordre. Il faut dire qu’entre les barons du crime, les proxénètes, les dealers, mais aussi les petites frappes et les policiers corrompus, notre chevalier noir aura grandement besoin d’alliés. Et qui de mieux comme allié que le policier James Gordon ?

Une ascension parallèle

Gordon aura fort à faire pour se faire accepter au sein de la police de Gotham !

Cette histoire ne se contente pas de mettre en scène le seul Batman. En effet, James Gordon, ici présenté comme un jeune lieutenant arrivé de Chicago, agit lui aussi avec la fervente intention de faire régner la justice au sein de la ville. C’est ainsi que, dès son premier trajet en voiture avec le lieutenant Flass, il se révolte face à ce dernier suite à un excès d’autorité sur mineur. Son sens de l’honneur et du devoir ne plait pas à tous, surtout pas dans les services de police corrompus jusqu’à la moelle comme ici à Gotham.

C’est ainsi qu’en parallèle du questionnement de l’opinion publique sur Batman, Gordon se fait sa place à travers les médias grâce à l’efficacité de son travail. Et si Batman voit en Gordon un allié probable afin de l’aider à combattre le crime, ce dernier aura du mal à accorder un quelconque crédit au choix qu’a fait Batman en combattant le crime de la sorte. C’est ainsi que notre policier favori mènera sa petite enquête sur l’identité secrète du chevalier noir.

Ici, l’apport de Gordon au récit est énorme. Alors qu’on pouvait s’attendre à vivre une aventure solo de Batman, Miller réécrit formidablement le personnage de James Gordon à une époque où il était considéré comme le flic un peu empoté que tout le monde apprécie. Désormais, Jim ne se contentera plus jamais d’un second rôle. Il fait partie intégrante des alliés importants de Batman, au point de quasiment lui voler la vedette dans Année un.

Conclusion

J’estime vous en avoir suffisamment dit pour vous donner envie de lire cette histoire, si ce n’est pas encore fait. Mais je ne vous en dirai pas plus car ce chef d’œuvre regorge de péripéties. Au programme : action, histoires amoureuses, humour, mensonges, trahisons, corruption, etc… Bref, Gotham City sans les super vilains, c’était déjà bien barré !
D’ailleurs, Frank Miller prendra un très gros risque en offrant aux lecteurs une Selina Kyle, en passe de devenir Catwoman, en tant que prostituée aux tendances sado-masochistes.

Cette histoire saura plaire aux lecteurs matures, recherchant à sortir des sentiers battus du batverse. Il n’est pas impossible qu’après lecture, vous ayez la sensation de lire ce qui s’est fait de mieux sur Batman. Dès lors… foncez !

Vous avez aussi un avis sur Batman Année Un ? Partagez-le nous dans les commentaires ci-dessous 😉

Les notes
Scénario Note Scénario Dessin Note Dessin Colorisation/Encrage Note Colorisation Note globale Note Globale

On reste connecté ? 🙂
Retrouvez-nous sur Facebook, Twitter et Instagram.

Votre bat auteur

Fan de comics horrifiques et de thriller, je reviens sans cesse vers mon premier amour : Batman ! Tout commença en Belgique, alors que je mangeais un paquet de chips au paprika dans mon canapé (si, c'est important...!). Nous étions dans les '90s lorsque j'ai découvert la fantastique série animée Batman, surgissant par la fenêtre telle une chauve-souris ! Lui et moi avons passé bien des journées de vacances ensemble. Je me souviens de son combat face au fantôme masqué...épique ! Ce n'est que des années plus tard que je me mis à la lecture des comics avec l'arrivée d'Urban.

Voir la suite...

Laissez-nous
votre avis !