Critique du film Batman and Superman : Battle of the Super Sons

Publié le 27 octobre 2022 par

Suite au « relaunch » de sa branche animée depuis Justice League Dark : Apokolips War, Warner Bros souhaite revenir à la base de certaines sagas. Ainsi, ici nous avons le droit à l’adaptation d’un run sur la rencontre des enfants des deux plus grands super-héros Superman et Batman.

Batman ans Superman : Battle of the supers sons cover

Synopsis

Le jour de son onzième anniversaire, Jonathan Kent apprend que son père est Superman et qu’il a lui-même des superpouvoirs ! Il rencontre le légendaire Dark Knight et l’actuel Boy Wonder, Damian. Mais lorsque les deux garçons sont obligés de faire équipe pour protéger leurs proches d’une force extraterrestre hostile, deviendront-ils les Super-Sons qu’ils sont destinés à être ?

Introduction

Bien que dans les comics le fils de superman ait bien grandi et qu’il soit lui-même devenu Superman, aujourd’hui nous nous replongeons dans son “origin story”. Car oui, on se rend compte assez rapidement, le film est avant tout centré sur Jonathan Kent.

Graphisme

Mais avant de rentrer plus en détail dans les « rouages » de l’histoire, revenons sur le choix visuel du film et posons-nous une question : Pourquoi l’équipe artistique a choisi d’utiliser les animations GIF d’il y a 15 ans pour définir le style graphique ?
Les mouvements des personnages sont saccadés et robotiques, le cadrage est resserré la plupart du temps sur les deux personnages principaux pour ne pas avoir à dessiner plus de décors.
Seul un petit effort a été fait sur les expressions de Jon et Damian pour rendre leurs interactions plus intéressantes et sur le visuel de Starro que je trouve plus menaçant que dans ses représentations standards. En effet, ses côtés force brute et physique ont été accentués afin de justifier un affrontement final où des enfants ne feraient pas de mal à une « jolie étoile de mer de l’Espace ».

Robin, batman, Superman et superboy face à Starro
Robin, batman, Superman et superboy face à Starro
batman, robin, superman et superboy en face à face
batman, robin, superman et superboy en face à face

“C’est quoi cette odeur?”
“Gotham City”

Jonathan Kent et Superman

NARRATION : Tcheklov et Bat-Vache-Martha

Comme je l’indiquais dans l’intro, le récit est centré sur Jonathan Kent découvrant à l’âge de onze ans que son père est Superman. Je passerai sur le fait que la découverte des supers pouvoirs de son père et son statut de super-héros, ne le questionne pas plus que cela et qu’il ne remet pas du tout en question le choix de ses parents concernant la dissimulation de ce secret. Au contraire, il est le plus heureux des enfants.
Plus tard nous faisons la découverte de Damian, avec une coupe de cheveux digne d’un groupe de K-Pop, toujours égale à lui-même, avec un caractère bien trempé n’hésitant pas à pousser Jon dans une crevasse de la Bat-cave pour voir si celui peut voler.
Dans les comics, Robin est un garçon fourbe utilisant son compagnon comme une arme et ayant un esprit brillant et stratégique pour presque toutes les situations. Ici c’est tout l’inverse, Robin est relégué au second plan ayant pour fonction d’être (un peu) sarcastique et le bad boy du duo. On se retrouve donc avec une histoire sur deux enfants se liant d’amitié mais subissant les événements au fur et à mesure.

Robin assis sur un fauteil dans la Bat cave
j’suis un beau gosse
Super friends
Super friends

Le scénario n’est pas mauvais en lui-même, il est seulement très générique et prévisible en utilisant deux concepts simples:

  • Les pères contre leurs fils, sans que l’on décèle la volonté des enfants de s’émanciper de leurs paternels.
  • Le fusil de Tcheklov, ce principe désigne le fait que si un élément est utilisé dans l’histoire, celui-ci doit être utilisé à un moment donné. Et je vous pris de croire que cette astuce est au cœur du film !!!! Exemples :
    • Clark parle à son fils du fonctionnement en société des fourmis ! BOOM l’esprit collectif de Starro agit comme un esprit de ruche!
    • Être un super-héros exige des sacrifices! BOOM Damian et Jon doivent se sacrifier pour sauver le monde.
    • Lois récupère un spray Laque pour les cheveux ! BOOM elle l’utilise pour se défendre.
    • Clark apprend à son fils à traire une vache ! BOOM Damian a aussi une vache dans la Bat-Cave. On est donc sur une amitié dont le point de départ est une Bat-Vache. (Martha si tu nous écoute!!)
Martha la vache !

Bref les exemples ne manquent pas pour illustrer une bonne leçon aux enfants qui regarderons ce dessin animé : ECOUTEZ VOS PARENTS ILS ONT TOUJOURS RAISON!

CONCLUSION

Là où les précédentes productions avaient un côté adulte et permettaient d’avoir un certain fil rouge, bien meilleur que le DCEU, nous sommes face, avec Battle of the Super Sons, à un film destiné aux enfants. Si cela n’est pas dérangeant, je suis plus sceptique sur le choix du graphisme et du scénario. Je ne comprends pas pourquoi avec un matériau de base aussi riche que le comics dont est tirée cette animation, nous avons droit à une histoire fade, sans saveur et prévisible.

A noter tout de même quelques petits clins d’œil : Krypto et Jor-El.

Il est content Gaëtan

Les notes
Scénario Note Scénario Réalisation Note réalisation Dessin Note Dessin Note globale Note Globale

On reste connecté ? 🙂
Retrouvez-nous sur Facebook, Twitter et Instagram.

Votre bat auteur

Comicsus Carnivarus depuis mes 12 ans, passionné de films/series et jeux vidéo. Acteur amateur à temps perdu et BatPapa luttant au jour le jour contre des hordes de licornes !

Voir la suite...

Laissez-nous
votre avis !

1 commentaire
  • Il y a 10 mois
    Heitz

    Je trouve que la note est un peu dure. Après autant de film d’animation dc très adulte avoir un peu de légèreté ne me dérange pas et me permet de le montre à mes enfants sans problème. Le graphisme est pas à mon goût mais il faut quand même avouer que c’est propre. Parcontre je rejoint la critique sur le fait de pas avoir utilisé les comics supersons. Avoir un matériel de base qui est plutôt bon et le laisser de côté pour un scénario qui est vraiment moyen c’est plus que dommage.

    Répondre