Critique du film d’animation Batman : Silence

Publié le 14 août 2019 par

La Warner Bros. et la branche animation de DC comics poursuivent l’année 2019 avec l’adaptation du comics écrit par Jeff Loeb et dessiné par Jim Lee en 2002, Batman : Silence. Pour les lecteurs et les fans, cette aventure reste aujourd’hui encore comme l’une des plus notables de la mythologie du Chevalier noir. Mais qu’en est-il de son adaptation animée ? Voici quelques éléments de réponse dans cette critique de Batman : Silence.

DVD et Blu-ray du film Batman Silence

Synopsis

Adapté de l’arc narratif éponyme, Batman : Silence s’intéresse à un nouveau malfaiteur appelé Silence qui utilise et manipule pléthore sinon tous les bandits de Gotham pour détruire la carrière de justicier de Batman mais aussi la vie de Bruce Wayne et sa relation tumultueuse avec Selina Kyle, alias Catwoman.

    Une adaptation en demi teinte

    Batman a encore du fil à retordre

    À l’instar de Batman vs TMNT, cette nouvelle adaptation d’un comics majeur s’accorde de nombreuses libertés par rapport à l’œuvre originale et cela risque d’en contrarier plus d’un. Batman : Silence n’est pas un mauvais film d’animation en soi, mais il ne possède pas le même souffle que la bande-dessinée de Jeff Loeb. Il n’en demeure pas moins un bon divertissement avec du rythme et un scénario qui fonctionne plutôt bien. L’animation est bonne et la relation entre Batman et Catwoman est efficacement écrite, bien qu’elle reste utopique. Elle est ici beaucoup plus exploitée que dans le matériel d’origine. Il y a par ailleurs une grande variété de super-méchants, c’est une bonne chose, mais cela rend parfois le scénario un peu brouillon. La plupart des super-vilains apparaissent uniquement pour une scène, tout comme certains alliés de Bruce Wayne, ce qui contribuent un peu à alourdir le récit du fait de leur manque d’utilité. Et même à ce niveau-là, le film animé n’est pas toujours fidèle au comics éponyme, car certains personnages de la BD sont remplacés par d’autres personnages dans l’adaptation. Exit Killer Croc ou encore Huntress (remplacés par Bane et Batgirl). Des personnages que l’on aurait bien aimé voir à l’œuvre dans ce film d’animation qui se voulait épique. Mais l’absence la plus dommageable reste celle de Jason Todd. On imagine que les réalisateurs ont fait le choix de simplifier l’histoire en le faisant purement et simplement disparaître de l’intrigue.

    La relation Batman/Catwoman est mise en avant
    La relation Batman/Catwoman est mise en avant

    Un divertissement efficace pour ceux qui ne lisent pas les comics

    Du point de vue des non-lecteurs de comics, ce Batman : Silence apparaîtra comme un véritable divertissement. Ces derniers semblent d’ailleurs être les principaux destinataires de cette adaptation au détriment des fans du comics. Il y a bien sûr des choses à redire sur le principal adversaire du Chevalier noir, le dénommé Silence.

    Batman face à son nouvel adversaire

    En effet, son faible temps de présence à l’écran ne permet pas de mesurer la dangerosité de ses intentions. La trame dramatique du personnage n’est pas suffisamment travaillée, tout comme les émotions de Bruce Wayne, qui semble au final plus épanouie grâce à sa relation avec Selina Kyle. Mais il est difficile de faire quelque chose de réellement consistant en moins d’une heure et demi et on ne peut pas vraiment en vouloir au réalisateur. De plus, les libertés accordées dans cette adaptation sont une manière de rester cohérent avec l’univers animé mis en place par la branche animation de DC. Il n’est donc pas anodin de voir un personnage comme celui de l’ami d’enfance de Bruce, le Dr Elliot, ne pas parvenir à prendre sa place dans l’intrigue, alors qu’il demeure une pièce maitresse dans le comics. Il n’y a rien qui l’introduise de manière satisfaisante dans le récit.

    Conclusion

    Au final, cela reste une bonne introduction pour ceux qui voudraient éventuellement découvrir l’histoire originale de Jeff Loeb après avoir visionné cet animé. Mais on peut regretter le manque de développement de la psychologie de Bruce Wayne et de son alter ego. De même, certains choix qui ont été fait de la part des scénaristes feront grincer des dents les fans du comics éponyme. Heureusement, on retrouve quand même certaines scènes clés de l’œuvre originale comme le baisé entre Batman et Catwoman, le combat entre Batman et Superman ou encore l’apparition remarquée du Joker. Mais cela manque quelque peu de relief par rapport au comics sorti en 2002 (Vous pouvez d’ailleurs retrouvez notre review du Comics Batman Silence ici 😉 ).

     

    Les points forts :
    • Un divertissement satisfaisant pour les non lecteurs de comics
    • Des personnages et des adversaires à la pelle
    • Une envie d’en savoir plus sur l’œuvre originale
    Les points faibles :
    • Une déception pour les lecteurs du comics de Jeff Loeb ?
    • Un scénario parfois brouillon
    • Un manque de tension dans le récit

    On reste connecté ? 🙂
    Retrouvez-nous sur Facebook, Twitter et Instagram.

    Votre bat auteur

    Né à Avignon en 1990, GuessWho se passionne rapidement pour l’univers du Chevalier Noir à travers la série animée de Bruce Timm. Il connait sa première expérience dans les salles obscures en 1995 avec la sortie de Batman Forever et devient un fan inconditionnel du justicier de Gotham City. Plus de vingt ans plus tard, en 2016, il sort un ouvrage sur le parcours cinématographique de l’homme chauve-souris, de ses débuts après la Seconde Guerre mondiale jusqu’à maintenant.

    Voir la suite...

    Laissez-nous
    votre avis !

    2 commentaires
    • Il y a 4 mois
      Suricateman

      Bonjour, le pari était risqué, car le comics aux graphismes sublimes à retranscrire sur petit écran dure dure!
      Les animés de chez DC sont attractifs grâce à l’action mis dans les scènes de combats, les doublages (proche du cinéma et non d’un téléfilm avec peu de moyen) et en général peuvent toucher les jeunes comme les jeunes adultes!
      Là c’est l’aspect esthétique qui bloque, car graphiquement très loin de l’oeuvre d’origine au moment du Grand Jim Lee

      Répondre
      • Il y a 4 mois

        Je suis totalement d’accord avec toi !
        Ils ont voulu garder une cohérence graphique avec leur univers animé, mais force est de constater que la comparaison avec l’oeuvre initiale est dure…
        Je rajouterai aussi le problème du format « 1h15 » qui limite le scénario avec un lissage des intrigues secondaires et de l’aspect « psychologique » de l’enquête… Un peu dommage :/

        Répondre