Review de Harley Quinn Infinite – Tome 1 : Bienvenue à la maison

Publié le 18 mars 2022 par

L’ère Infinite repense notre Harley Quinn avec aux manettes un duo éclatant : Stéphanie Phillips au scénario et Riley Rossmo au dessin. Ils réussissent à donner du sérieux, de l’humour et un nouvel espoir à ce personnage trop souvent rabaissé dans les runs précédents ! Mais comment ?

Harley Quinn infinite - Tome 1

Synopsis

Si Harley Quinn revient à Gotham, c’est pour une seule raison : trouver la rédemption. Mais s’excuser ne suffit pas ! L’ancienne complice du Joker décide de s’allier à Batman et de jouer selon ses règles… Et quand les citoyens font justice eux-mêmes en s’attaquant aux anciens sbires de son Mister J, elle y voit l’occasion de faire ses preuves en aidant les clowns grâce à ses talents de psychiatre. Enfin, jusqu’à ce qu’Hugo Strange débarque avec le même programme, soutenu par le maire, et lui vole la vedette tout en partant à sa recherche…

La psy et la folle

Ca fait quelques années que les runs autour d’Harley Quinn ne proposaient plus rien. Au cours des ères New 52 et Rebirth, Amanda Conner et Jimmy Palmiotti avaient une idée de départ nullement bête. Mais Harley était empêtrée dans Coney Island avec une équipe ennuyante, sans objectif à l’humour lourd et raté.

Ici, la scénariste Stephanie Phillips change la donne. Harley Quinn revient à Gotham après les lourds traumatismes de “l’après Joker War“. Elle qui a subi la vie auprès du Joker, qui est devenue l’une des vilaines les plus emblématiques, elle veut désormais faire amende honorable. Comment devient-on héroïne avec un passé comme le sien ? Quel est le chemin de la rédemption ?

La ville de Gotham est au bord du gouffre. Le maire Nakana poursuit sa politique anti-masques et les habitants partent en vendetta contre les clowns du Joker. En parallèle, Hugo Strange souhaite aider ces derniers avec son programme : S.A.F.E. Mais pas de la manière la plus douce. Pour être de nouveau gentil, il vous propose un lavage de cerveau complet ! Harley se retrouve face à un jeune garçon, qui lui aussi, souhaite devenir une meilleure personne. Et avec l’accord de Batman, elle sait le chemin qu’elle doit entreprendre.

Harley en pleine introspection

Il y a dans l’écriture un juste équilibre entre la folle Harley, prête à répondre avec un coup de batte, et la psychanalyste. Elle établit son propre diagnostic avec notamment un beau passage sur la notion de sourire. Un coup de frais pour ce personnage qui a subi tant d’histoires sans fonds. Elle dit elle-même : “Comment on devient quelqu’un de bien ?” face à un Strange qui lui dit qu’elle est “les restes du Joker”. Une indépendance nouvelle pensée pour ce personnage unique. Du féminisme intelligent qui revient sur l’une des plus grandes difficultés : être considéré pour la personne que l’on est aujourd’hui et non celle d’hier. Elle revient sur cette réflexion pour trouver un entre deux : elle n’est pas Batman, elle n’est plus l’allié du Joker, elle n’est pas une méchante, ni une héroïne non plus : elle est Harley. Un respect du personnage qui se matérialise par le retour de son costume aux couleurs originelles (rouge et noir) pour les vêtements et les cheveux (bleu et rose). Sans tomber sur la sur-sexualisation, sa tenue est dès plus pratique pour les combats explosifs à venir !

Une Harley qui questionne à son tour sur la possession de Gotham. Elle y apporte un regard nouveau, moins empirique, plus humain. Si on connaît le lien des autres héros à cette ville, il est rare d’avoir entendu le discours de Mlle Quinn. Une preuve selon moi que le personnage se dirige enfin vers un avenir meilleur. Avec un scénario construit et un vrai but.

Un team qui se construit

Une belle équipe se construit au fur à mesure de la lecture. D’abord, la rencontre avec Kevin, l’ancien voyou dans le gang du Joker. Tous deux ont compris qu’ils peuvent s’apporter beaucoup. Il est intéressant de voir que l’un de ses acolytes peut être un simple habitant de Gotham, sans pouvoir avec pour seule volonté de changer lui aussi. L’autre coéquipier est Solomon Grundy. Harley Quinn creuse une relation d’abord intéressée jusqu’à ce que de vraies liens se tissent. Une des forces d’Harley est d’être la plus franche possible. Que vous soyez Grundy ou Batman. Elle parle à tous et son capital sympathie fait d’elle une personne de confiance.

Harley dans la panade !

D’ailleurs, le 6ème chapitre du récit la présente avec Catwoman. Deux femmes que tout oppose. Et si, Selina Kyle a peu de patience, elle aussi va comprendre à quel point Harley peut être une alliée fiable. Certes pipelette et excentrique, mais qui ne fait jamais défaut.

Et le dernier chapitre (Urban Legends #1 : Nouvelles Racines) laisse à penser que l’avenir sera plus vert pour Harley. L’épisode revient sur la belle et tumultueuse relation entre Ivy et elle. Cette fois-ci, on comprend bien que l’on souhaite nous montrer une relation amoureuse entre les deux femmes. Et surtout la douleur que cela provoque chez Harley, de ne pas être avec celle qu’elle aime à cet instant. En espérant que ce scénario se développe avec le plus de respect possible pour ces deux personnages.

Et les méchants dans tout ça ?

Si Hugo Strange tente de barrer la route à Harley avec son programme, allant jusqu’à la kidnapper, ce n’est pas lui son véritable adversaire. Un nouveau vilain fait son apparition : Keepsake. Si son originalité est qu’il récupère des caractéristiques d’autres méchants comme le parapluie du Pingouin, il manque encore de profondeur. Et c’est un fait dans la plupart des comics récemment : comment écrire un bon vilain ? Si tout l’effort a été mis sur Harley Quinn, Stéphanie Phillips ne nous propose pas un face à face au sommet. Il est probable que cela arrivera, mais Keepsake est plus amusant qu’effrayant. Toutefois, il n’est pas déplaisant de voir notre héroïne et ses amis batailler sur plusieurs fronts avec ce Keepsake, Strange et le bras droit de ce dernier : Lockwood.

Enfin, le dessin de Riley Rossmo colle parfaitement à l’atmosphère du récit. Coloré et déjanté, il apporte un aspect cartoonesque agréable même si les proportions ne sont pas toujours très respectées. Si sur les premières pages son style peut surprendre, c’est qu’il est très différent ce que l’on peut voir habituellement !

Conclusion

Une belle lecture pour notre Harley, jouissive et intelligente, qui nous entraîne sur une nouvelle version du personnage. Un duel de psy entre elle et Strange, la bienveillance de Batman, une nouvelle équipe et un méchant : de bonnes perspectives pour la suite !

Les points forts :
  • Un scénario intelligent pour Harley Quinn,
  • Un dessin cartoon qui lui va bien.
Les points faibles :
  • Encore un peu trop de blagues,
  • Pas de véritables méchants.
Les notes
Scénario Note Scénario Dessin Note Dessin Colorisation/Encrage Note Colorisation Note globale Note Globale

On reste connecté ? 🙂
Retrouvez-nous sur Facebook, Twitter et Instagram.

Votre bat auteur

Salut ! C'est Alexandra, 24 ans, passionnée par le cinéma, la musique, le sport et bien sûr les comics. Bon Batman c'est un peu ma vie alors autant que je partage avec vous ! Grosse lectrice et amatrice de cinéma attendez vous à beaucoup de reviews et de critiques !

Voir la suite...

Laissez-nous
votre avis !