Moments cultes de Batman #3 : Quand Gotham Résonne des notes de Zimmer et Howard

Publié le 05 février 2018 par

Troisième moment culte, en musique cette fois. Le fan inconditionnel de Danny Elfman que je suis a voulu s’attacher – sans aucune mise en concurrence – à un autre thème, celui (ou plutôt ceux) composé(s) par Hans Zimmer et James Newton Howard pour la trilogie de Christopher Nolan. De par sa genèse et les drames qui lui sont associés, cette magnifique bande-son s’inscrit pleinement dans la légende du Dark Knight. Et elle valait bien un moment culte.

Howard Begins

Hans Zimmer et Christopher Nolan ont au moins un point commun : Ce sont des perfectionnistes. Chacun décline son art avec un sens de la minutie, du détail qui force l’admiration. Pas une note, pas une image, pas une ligne de dialogue qui ne soit introduite par hasard. Qui ne suive pas un but précis. Qui ne transporte pas une émotion, un message.

L’exemple parfait en est la dernière seconde d’Inception. L’alchimie entre le réalisateur et le compositeur transcende l’histoire, la concentre en un point d’inflexion final. Jusqu’à l’épure totale.

Quand Nolan veut réaliser son « Batman Begins », il pense rapidement à Zimmer. Le compositeur a déjà à son actif plus d’une cinquantaine de bandes originales. L’auteur du « Roi Lion » est flatté et particulièrement heureux de composer un « Batman ». Mais voilà, comme il se plait lui-même à le raconter…. le grand Hans Zimmer sèche ! Il n’arrive pas à trouver l’inspiration pour mettre cette genèse en musique.

nolan-jnh-hzimmer
C. Nolan – H. Zimmer et J.N. Howard : Trois pères pour une oeuvre musicale de légende

Zimmer propose donc à Nolan de se rendre à Londres pour y rencontrer un ami. Il a l’intuition qu’il tient celui qui peut débloquer la situation. Il s’agit de James Newton Howard.

Zimmer et le compositeur fétiche de M. Night Shyamalan ont déjà collaboré à plusieurs reprises, notamment sur le mythique « Rock« , avec Sean Connery. Ils se connaissent parfaitement et Howard a un talent fou pour porter les personnages en devenir avec la profondeur de sa musique. Et pour ceux de ma génération, son morceau le plus fascinant reste la scène incroyable de la gare dans « Incassable » où Bruce Willis prend conscience de la portée et de l’importance de ses pouvoirs. Howard a conté la naissance d’un héros avec Shyamalan et c’est cela que Zimmer et Nolan vont chercher. Le thème de « Batman Begins » est en train de naître.

Why so serious ?

La collaboration va durer toute la trilogie. Mais l’aventure est sur les rails. Le socle musical est là. Fin de l’histoire ? Non. C’est le début. Nolan a posé le décor de ce qui va en fait être un sublime diptyque. Batman Begins n’est que l’introduction nécessaire de la vraie histoire : celle du Dark Knight. Et cette fois, Zimmer va donner – une fois de plus – son meilleur.

Tout en gardant le thème de Howard en toile de fond, Zimmer brode et décline les grandes lignes de la quête du Dark Knight. La lutte contre le Joker, la perte de l’amour, la dualité, le sacrifice. Zimmer est dans l’action.

Un de ses thèmes les plus caractéristiques est celui qu’il a composé pour la prestation de Heath Ledger dans le rôle du Joker : « Why so serious« . Chaotique, métallique, il retranscrit à merveille la folie meurtrière indomptable de celui qui est peut-être le « méchant » le plus emblématique de toute l’histoire de la bande-dessinée (avis personnel). Au décès de Ledger, Zimmer s’interroge. Doit-il garder cette composition, qui « colle » tant à la peau de l’interprète ?  Ou bien doit-il l’édulcorer de fait de cette disparition. Fort heureusement, il choisit la première solution et « The Dark Knight » sera une immense réussite aussi pour cette raison.

Can’t stop the music

Tina Guo
Tina Guo et son violoncelle

Sur les deux volets, Zimmer, suivant les bases de Howard, accompagne la caméra de Nolan. Il transcende l’histoire et porte les thématiques et messages du réalisateur. Mais ceux qui ont assisté à un concert de Hans Zimmer savent que celui-ci est également renommé pour son talent à découvrir et mettre en avant de merveilleux musiciens et interprètes (souvenez-vous du Roi Lion et du chœur a cappella du chanteur sud-africain Lebo M). Dans « The Dark Knight Rises », il réussit un double coup de génie en intégrant Tina Guo et son violoncelle numérique, résonnant d’une profondeur sans fin et la voix vibrante et déchirante de Uyanga Bold.

Porté par la mélodie profonde et vibrante, le final de Nolan se déroule sous nos yeux. Plus rien de sera comme avant. Nous attendons et assistons à la conclusion de l’oeuvre, respectant à la lettre les codes de la tragédie. Une conclusion tellement dans l’esprit de Nolan… Une conclusion que le réalisateur, comme à son habitude, laissait entrevoir de façon subliminale. Pièce de ces puzzles qu’il se plait à réaliser pour nous. La mort ou l’exil ?

Pour beaucoup, les compositions de Zimmer dépassent largement le cadre cinématographique. Et j’avoue que je suis de ceux-là. Zimmer est le seul compositeur qui m’ait donné envie de découvrir un film uniquement en écoutant la musique. Et assister à un de ses concerts (qu’il renouvelle et adapte à chaque représentation) est une vraie expérience philharmonique. et quand cela se passe dans le Théâtre Antique d’Orange, cela devient grandiose. Mais Zimmer est encore plus que cela…

Aurora

Dans la nuit du 19 au 20 juillet 2012, dans une salle de cinéma d’Aurora, dans le Colorado, aux États-Unis, James Holmes, 24 ans, entre dans la salle n°9, jette une grenade de gaz lacrymogène avant d’ouvrir le feu au hasard tuant par balles douze personnes venues assister à la première de The Dark Knight Rises.

Joint par téléphone par des journalistes, Zimmer apprendra la nouvelle, écœuré et meurtri. Lorsque les journalistes lui demanderont quels mots ils souhaiterait prononcer, Zimmer aura cette réponse : « Je ne suis pas un homme de mots ». Dans les jours qui suivirent, il composa, sur la base du thème final de DKR, le morceau « Aurora« . Disponible sur les plateformes de téléchargement, les gains de cette création ont été entièrement reversés aux victimes. Zimmer n’est peut-être pas un homme de mots. Mais sa musique lui fait honneur.

———————————————————————

Pour ceux qui veulent lire l’article en musique :

Aurora – Hans Zimmer

Hans Zimmer The Dark Knight Medley : Why So Serious? / Like A Dog Chasing Cars

Masterpiece Collection : The Dark Knight – Zimmer/Howard – LIVE

Hans Zimmer – James Newton Howard – Batman Begins – End Theme

On reste connecté ? 🙂
Retrouvez-nous sur Facebook, Twitter et Instagram.

Votre bat auteur

Bruno, grand fan du Dark Knight depuis plus de 30 ans. Inconditionnel de Franck Miller, Grant Morrison & Tim Burton... Je m'attache à raconter "mes" moments cultes de ce personnage unique au travers de scènes inoubliables, de comics de légendes, de musiques cultes.

Voir la suite...

Laissez-nous
votre avis !