Review de Batman No Man’s Land : Le super crossover catastrophe

Publié le 08 mai 2020 par

Et si on revenait aujourd’hui sur l’une des séries crossover de Batman les plus longues de son histoire ? C’est ce que je vous propose avec ma review de Batman No Man’s Land 🙂

Batman - No man's land Tome 1

Synopsis

Ravagée par un tremblement de terre, Gotham City est également abandonnée par les autorités gouvernementales qui l’isolent du reste des États Unis. Des mois plus tard, Batman revient à Gotham, décidé à reprendre la ville en mains. Mais celle-ci est découpée en fiefs régis par ses pires ennemis…

  • Scénario : Chuck Dixon, Greg Rucka, Bob Gale, Paul Dini & collectif
  • Dessins : Alex Maleev Dale Eaglesham, Dan Jurgens & collectif
  • Publié le : 11 avril 2014
  • Nombre de pages : Environ 350 pages par tome
  • Prix : 28 € par tome
  • Commander chez ton libraire préféré  ou sur Amazon

Au lendemain du cataclysme qui jeta à terre les fiers buildings de Gotham City, la nation américaine abandonna le peuple de la cité réduite en cendres. Seuls survivront les braves, les calculateurs et les fous dans cet enfer sur Terre appelé “No Man’s Land” !

Ainsi débute chacun des numéros qui composent la série No Man’s Land. Avouez que ça pose le décor 😉

Gotham terre abandonnée

Avant d’entrer dans le vif du sujet, replaçons un petit peu le contexte : No Man’s Land prend place directement après le cataclysme qui a touché la ville de Gotham City (voir Batman Cataclysme). Un immense tremblement de terre qui a totalement détruit la ville, jusqu’à la couper du reste du monde, faisant de Gotham City un véritable No Man’s Land !
L’histoire qui nous est présentée prend place 3 mois après que l’État américain ait décrété le No Man’s Land. On y découvre une ville qui s’est construite une nouvelle façon de fonctionner, sans loi ni autorité (ou alors avec ses propres lois) et divisée par quartier. Ce qui représente une bien belle manière de découvrir la carte de la ville, avouons-le 🙂
Avec tous ces bouleversements, les règles ont changé et c’est maintenant une véritable guerre des gangs qui a lieu puisque ces derniers se partagent les différents quartiers, d’autant plus que Batman n’a plus été aperçu depuis les derniers événements qui ont secoué la ville…

Gotham City coupée du monde dans No Man's Land
Gotham City coupée du monde dans No Man’s Land

D’ailleurs les 3 mois d’absence de Batman restent un grand mystère durant la majeure partie de l’histoire, trouvant son dénouement que dans les dernières pages du récit. Comment ses alliés l’ont vécu ? Vous n’avez qu’à demander à Jim Gordon ! À priori pas très bien…
L’ancien commissaire de police de la ville est très remonté envers le chevalier noir, l’accusant d’avoir abandonné la ville lorsque celle-ci avait le plus besoin de lui ! Il n’a pas forcément tort ^^
Cette absence, notre héros la paie au prix fort puisque son symbole ne signifie plus rien à Gotham. Il doit alors redevenir le protecteur de la ville, le Chevalier Noir qui inspira la peur et le respect. Pour cela Batman se lance alors dans un plan de grande envergure pour reconquérir la ville. Car oui, Batman a toujours un plan 😉

Le Pingouin toujours dans les bons coups
Le Pingouin toujours dans les bons coups

Qu’en est-il des vilains emblématiques de Gotham ? Ont-ils eux aussi changé ? Oui et non… En effet Oswald Cobblepot fait du Oswald Cobblepot, là où Harley Quinn, Double-Face et à degré moindre Poison Ivy ont droit à une évolution relativement importante de leurs histoires.

Concernant Batman, lors de son retour à Gotham, dans sa ville, il ne se montre pas durant plusieurs semaines, restant à observer dans l’ombre afin de préparer au mieux son retour tout en gardant un oeil sur le travail de Huntress, devenu Batgirl depuis peu. Cela est intéressant car Batman et Huntress entretiennent une relation très particulière tout au long du récit, Huntress ayant le besoin évident d’un “mentor” et fera tout pour l’obtenir de la part de Batman. Ces deux personnages n’ont que très peu eu ce genre de relation dans leurs histoires, il devient intéressant de le découvrir.
D’ailleurs les liens entre Batman et sa bat-famille est très importante dans le récit !

Batman et l’importance de la famille

Comme évoqué ci-dessus, Huntress a repris le costume de Batgirl afin de se servir de l’impact du symbole de la chauve-souris, ou du moins de ce qu’il en reste. Car comme je le disais, depuis le début du No Man’s Land, l’image de Batman a été écornée par son absence… Huntress ne va pas garder le costume très longtemps et les auteurs vont prendre un malin plaisir à nous dissimuler l’identité de la nouvelle Batgirl durant plusieurs chapitres.

Huntress prend le costume de Batgirl
Huntress prend le costume de Batgirl

Au final, on peut noter que Batman n’est pas tellement présent dans le récit alors que la bat-family y prend beaucoup d’importance. Ce qui est très intéressant et nous permet de découvrir ou redécouvrir les autres héros qui peuplent la ville, car on peut une nouvelle fois se rendre compte que Batman a besoin de ses alliés, malgré l’idée que nous nous faisons du héros. Ce dernier se place toujours en leader de la bat-family et n’hésite pas à accorder sa confiance aux plus jeunes. Sa relation avec Robin et la nouvelle Batgirl en est une nouvelle fois la preuve.

Je vous parlais un peu plus haut de la relation tendue entre Batman et l’un de ses plus grand allié : Jim Gordon. Leurs difficultés actuelles représentent un pan important de l’histoire de No Man’s Land. Il faut dire qu’il est rare de voir les deux compères fâchés, même si ici, cela ne concerne que Gordon et ses raisons sont compréhensibles. Mais on comprend également assez vite que cela ne peut durer puisque leurs intérêts communs ne peuvent que les rapprocher, surtout dans une telle situation.

Batman et Gordon face au No Man's Land
Batman et Gordon face au No Man’s Land

Les auteurs s’attardent donc beaucoup sur les alliés de Batman. On peut y découvrir durant plusieurs chapitres la forte relation qu’entretiennent Dick Grayson (Nightwing) et Barbara Gordon (Oracle et ancienne Batgirl). L’occasion nous est donnée de s’apercevoir que les deux s’aiment toujours alors que Barbara a toujours du mal à accepter son handicap, malgré toute l’importance qu’elle a dans la bat-family actuelle.

L’intensité de certains héros nous est dévoilée, ainsi nous pouvons apercevoir la relation paternelle et compliquée qui unit Tim Drake (Robin) à son père, ou même entrer dans les pensées de Catwoman qui, comme à son habitude, oscille entre le bon et le mauvais côté (certains parleraient d’un côté obscur ^^).
Même si l’action est au cœur du récit, ce dernier sait aussi nous présenter de bons moments simples et touchants. Comme lorsque l’on peut vivre les fêtes de fin d’année auprès des familles de Gotham. Un beau moment qui sera vite gâché par l’arrivée du Joker !

No Man’s Land, un arc important ?

Batman No Man’s Land peut être considéré comme un arc majeur de l’univers de Batman. Ce long récit (6 tomes chez Urban Comics) s’est étalé sur une année entière de publications (de Janvier à Décembre 1999). Publié dans plusieurs séries, cela a permis à de nombreux auteurs et dessinateurs différents d’intervenir sur la série, et comme toujours dans pareil cas, nous avons droit à quelques facilités (voir quelques petites incohérences mineurs) scénaristiques et surtout à des dessins très très inégaux. Oscillant du très bon au très moyen.

Le rythme du récit quant à lui est très décousu avec une intrigue principale qui avance très lentement et des problèmes parfois vite résolus. Je pense notamment à Bane qui apparaît brièvement avant de repartir de Gotham après une simple discussion avec Batman. On a presque l’impression que les auteurs ne savaient pas quoi faire du personnage…

Batman et Catwoman toujours proches
Batman et Catwoman toujours proches

Heureusement No Man’s Land ne s’arrête pas à ça et nous propose aussi de belles histoires très réussi. Je pense ici aux numéros écrits par Greg Rucka qui sont pour moi les plus réussis du récit ! 🙂
Comment ne pas être admiratif devant ces histoires pleines d’émotions avec les retrouvailles (compliquées) entre Gordon et Batman ou encore la relation intensément retranscrite entre Renee Montoya et Double-Face ? L’auteur nous présente même une situation dantesque : le procès entre Double-Face et Harvey Dent ! Juste Génial !!! 🙂
De nombreux autres artistes de grands talents sont présents sur le récit comme Chuck Dixon, Paul Dini, Alex Maleev, Kelley Puckett, Dan Jurgens entre autres… Ce qui donne droit à de nombreuses histoires de qualité.

Batman de retour dans sa ville
Batman de retour dans sa ville

Un énorme arc crossover comme l’est No Man’s Land, c’est aussi la possibilité de croiser de nombreux personnages. On peut y découvrir la “belle” relation qui unit le Joker et Harley Quinn ou l’amitié naissante entre Harley Quinn et Poison Ivy. On peut également y découvrir certains personnages moins connus du batverse comme Otis Flannegan (le Ratcatcher) et Pavé Bock, ou approfondir certains personnages comme Azraël, le Dr Thompkins et Renee Montoya.

Et le Joker dans tout ça ? Monsieur J se fait attendre tout au long du récit (au grand dam de Batman) pour finalement arriver en grande pompe lors d’un final explosif marquant la fin d’un personnage secondaire important pour la famille Gothamienne. Les auteurs nous servent un joker malsain et sadique dans un chapitre final comprenant quelques scènes d’une violence horrible et un joker totalement hors de contrôle !

Au vu de la situation, il est clair que l’on peut aussi apercevoir quelques critiques de la politique américaine de la part des auteurs même si nous sommes loin d’un récit comme The Dark Knight Returns pour ne citer que lui ^^

Un Joker complètement fou !
Un Joker complètement fou !

Conclusion

Au final Batman No Man’s Land est un gros run Batman nous présentant la plus grosse guerre des gangs qu’ait connu la ville de Gotham City. On se rend compte que de nombreuses séries aujourd’hui s’en inspirent par rapport à son approche des personnages et leurs histoires. Je pense par exemple à la série Batman Detective Comics écrites par James Tynion IV.
Malgré un contenu inégal, No Man’s Land représente un pan important de l’histoire de Batman que je vous conseille de découvrir un jour ou l’autre 😉

Vous avez lu Batman No Man’s Land ? On attend vos avis sur ce méga-crossover dans les commentaires ci-dessous 😉

Les points forts :
  • Un pan important de l’histoire de Batman,
  • La Bat-family mise en avant,
  • Certaines histoires exceptionnelles.
Les points faibles :
  • Des dessins inégaux,
  • L’évolution lente de l’intrigue principale.
Les notes
Scénario Note Scénario Dessin Note Dessin Colorisation/Encrage Note Colorisation Note globale Note Globale

On reste connecté ? 🙂
Retrouvez-nous sur Facebook, Twitter et Instagram.

Votre bat auteur

Passionné par Batman et son univers, j'ai lancé Batman Legend pour partager avec vous ma passion du chevalier noir de Gotham City !!!

Voir la suite...

Laissez-nous
votre avis !