Nightwing rebirth, tome 2 : Blüdhaven – La review

Publié le 15 février 2018 par

Maintenant que les « rebirth » sont bien lancés, Nightwing enchaîne également avec son tome 2… Même s’il est assez enthousiasmant, il m’a semblé plutôt décevant, surtout après un premier tome particulièrement réussi.

Nightwing Rebirth : tome 2 : BlüdhavenAprès avoir fait face à la  noirceur de Gotham City dans « La Nuit des monstres », Dick Grayson avait besoin d’un nouveau départ et espérait le trouver à Blüdhaven. Mais d’anciens adversaires attendent son retour depuis longtemps. Et lorsqu’un tueur en série accuse Nightwing de crimes qu’il n’a pas commis, son seul espoir consiste à se lier à ses ennemis jurés pour faire front commun et nettoyer la ville.
Contient : Nightwing #9 à 15

 

Scénario : Tim Seeley
Dessin : Marcus To, collectif
Publié le : 02 février 2018
Nombre de pages : 168
Prix : 15,50 €

Un retour à la tranquillité ?

Après avoir renoué avec le nouveau Superman dans une excellente introduction qui explore la conscience de Nightwing, l’emblématique élève de Batman décide de retrouver une vie « normale », de se recentrer sur lui-même, sur Dick Grayson. En effet, son aventure avec le Raptor, la confiance qu’il avait placée en cet ennemi qui lui semblait proche, lui a révélé certaines choses de son passé et a mis en danger son mentor. Dick a donc besoin de calme et de s’éloigner de ses peurs, de retrouver confiance en lui. Nous assistons à un « retour à Blüdhaven« , qui est en fait une renaissance du personnage, aussi bien au niveau de l’édition (puisqu’on la ville est nouvelle pour le protagoniste), qu’au niveau de sa psychologie.

Nightwing vient donc ici trouver un travail bénévole dans un centre social, sous la direction de Shawn Tsang, qui n’est autre que…La Vandale, une ancienne ennemie de Robin ! Il s’installe également dans un appartement et souhaite retrouver les plaisirs de la vie de tous les jours : lire, regarder des séries…Mais il ne va pas tenir longtemps, heureusement pour nous ! Comme Dick le dit en toute mauvaise foi, « on ne découvre pas son moi profond en une seule nuit ». En effet, des crimes sont commis à Blüdhaven, et tout semble désigner celles et ceux qui composent le groupe des « Échappés ».

Des vilains repentis

Les Échappés dans Nightwing rebirth, tome 2
L’équipe des Échappés, criminels repentis

Les Échappés sont en réalité d’anciens ennemis repentis de Nightwing et Batman. Doutant d’eux-mêmes, ne souhaitant plus faire le mal, ils se « soignent » en thérapie de groupe, mais l’arrivée de Nightwing n’aide pas à oublier leur double-identité…Nous avons donc Randy, alias L’étalon, un homme qui a du mal à réprimer sa violence ; Suarez, alias Thrill Devil, braqueur arrêté par le « dynamique duo » ; Brenden Li et son écureuil ; Pamela Sweigeld, alias Souris, élève de Catwoman, et enfin Shawn Tsang alias La Vandale, criminelle militante.

Dick tente cependant de les aider, surtout quand meurtres accusent un à un ses nouveaux « amis » alors que tout démontre leur innocence aux yeux du héros. Celui-ci finira même par être pourchassé par la police.

Une manque de consistance

Nightwing et Vandales amoureux dans Nightwing rebirth
Nightwing et La Vandale très amoureux…

L’idée des ennemis repentis n’est pas mauvaise même si elle n’est pas nouvelle. Cela ne vient pas aider Nightwing pour autant, lui qui pensait retrouver un peu de clarté dans ses relations à autrui, après s’être attaché à quelqu’un de plutôt mauvais. Il ira même jusqu’à reproduire le schéma relationnel de son mentor en tombant amoureux de La Vandale, qu’il avait pourtant conduite en prison quelques années auparavant. Cette relation est plutôt belle et bien menée par Tim Seeley : une histoire naissante, des doutes des deux côtés, les mêmes doutes que les gens « normaux » partagent. Et ceci, raconté à travers les confidences que les deux protagonistes font à leurs plus proches amis.

Pourtant, je n’ai pas réussi à accrocher à l’histoire. Elle manque de relief, nous donne un aperçu de déjà-vu (le vrai criminel laissant croire que Nightwing est le meurtrier afin de faire accuser le héros, est une résurgence de ce qui se passe dans Grayson), et on reste sur notre faim niveau actions et rebondissements. Je ne me suis pas assez attachée aux Échappés,exceptée La Vandale, alors que l’idée de mettre au premier plan des personnages jusqu’ici restés quasiment inconnus, est excellente. Sans doute sont-ils trop nombreux et pas assez exploités dans un seul tome ?

Enfin, j’ai eu beaucoup de mal avec la colorisation. Réalisée par Chris Sotomayor, elle ne met aucunement en relief un dessin déjà imprécis. Les couleurs sont particulièrement fades et peu engageantes, ne soulignant aucune action et rendant les visages et décors sans saveur. Je pense que ça a beaucoup contribué au manque d’attachement aux personnages et à l’univers retrouvé de Blüdhaven.

Malgré tout, ce tome se laisse lire facilement et agréablement. Allez-y quand même, et partagez votre avis !

Les notes

Scénario Note Scénario
Dessin Note Dessin
Colorisation/Encrage Note Colorisation
Note globale Note Globale

 

On reste connecté ? 🙂
Retrouvez-nous sur Facebook, Twitter et Instagram.

Votre bat auteur

Bibliothécaire comme Barbara, servant le chevalier noir depuis peu, aimant le Moyen Âge, le Tir à l'arc et les balades nocturnes sur les toits.

Voir la suite...

Laissez-nous
votre avis !